Témoignages #8 Takumi Nakamura(Surfeur professionnel)

TENGA
VOICE
#8

Takumi Nakamura

「Je vais en emporter un paquet pour ma prochaine tournée, tu peux me croire !」

Takumi Nakamura
(Surfeur professionnel)

L’invité de cette édition de TENGA VOICE n’est autre que Takumi Nakamura, jeune prodige du surf professionnel qui s’est hissé sur la deuxième marche du podium lors du ISA Junior World Championship de 2012 à Panama, la meilleure position jamais occupée par un surfeur japonais professionnel. Depuis, Takumi s’est placé parmi les meilleurs surfeurs du monde, rivalisant aisément avec les plus grands athlètes. Rendez-vous sur la plage avec Takumi pour discuter surf, vagues... et TENGA.

00

D’où t’est venue la passion du surf ?

Quand j’étais petit, mes parents ont déménagé dans une ville balnéaire dans la région de Mie, au Japon. Ils venaient tout juste de monter leur entreprise d’aire de stationnement à grande échelle près de la plage. Évidemment, la ville était blindée de surfeurs et j’ai grandi dans un environnement propice au surf. Un jour, mon frère a commencé à prendre des leçons de surf, et en un rien de temps, je me suis mis à rider les vagues avec lui.

01

Tu participes aux compétitions de surf depuis ton plus jeune âge ; quand as-tu acquis ton statut de « pro » ?

Quand j’étais enfant, le surf n’était qu’un des sports que je pratiquais pour m’amuser. Je crois que j’avais six ans quand j’ai participé à ma première compétition, mais j’ai vraiment pris ce sport au sérieux quand j’avais huit ou neuf ans. Depuis, c’est devenu ma vie. Je me suis bien placé sur plusieurs compétitions et je suis devenu professionnel quand j’ai participé aux concours à l’âge de seize ans. Devenir pro a ses avantages : on est sponsorisé, on nous offre des contrats, on est invité à des compétitions internationales… Mais ça a surtout eu un impact sur mon mental. Je pense que c’est à ce moment-là que je me suis fixé et que j’ai compris que j’allais consacrer ma vie au surf. C’est ce sentiment-là qui m’a poussé à me donner à fond.

Quel est le quotidien d’un surfeur professionnel ?

Une bonne partie consiste à surfer sur les plages près de l’endroit où je réside, ou alors à faire des séances photo pour des magazines. Je m’entraîne pendant les périodes où je ne « travaille » pas et je suis toujours en quête de vagues exceptionnelles à travers le monde. Entre autres, je suis allé à Hawaï, en Australie, au Mexique, au Brésil, au Pérou, à Panama, à Taïwan… J’ai visité plus de dix pays et énormément de plages superbes. Selon la saison, je peux avoir un emploi du temps assez chargé à cause des compétitions : une en Australie, puis une autre au Japon la semaine d’après avant de partir pour un autre pays… Je dois faire en sorte d’arriver quelques jours avant les compétitions, car les vagues varient selon les plages et donc le ressenti est différent. Mais quand mon emploi du temps est surchargé, je n’ai même pas le temps de tâter le terrain.

Qu’est-ce qui te plaît dans le surf ?

Être dans l’eau, c’est devenu une seconde nature pour moi. Que je sois chez moi ou en compét’, la première chose à laquelle je pense en me levant, c’est : « OK, faut que je surfe ! » Ça me fait bizarre quand je ne vais pas dans l’eau pendant quelques jours. Être sportif professionnel, ça peut vite devenir un stress constant, il faut se surpasser continuellement. Mais moi j’ai qu’une seule chose en tête, c’est à quel point j’aime le surf ! Évidemment, il y a des jours où je n’ai pas envie de monter sur ma planche, où je me sens déprimé après une performance moyenne lors d’une compétition, mais ce sont les aléas de la vie. Le lendemain, c’est oublié. Grâce au surf, j’ai fait la connaissance de gens fantastiques et visité des endroits incroyables. C’est vraiment génial.

Quels sont tes objectifs du moment ?

Il y a une compétition, la World Championship Tour (championnat du monde) à laquelle seuls les meilleurs peuvent participer. C’est le Saint-Graal de tous les surfeurs, et c’est un honneur d’être invité à y participer. Au Japon, on est nombreux à vouloir y prendre part, mais jusqu’ici, aucun surfeur professionnel japonais n’a encore été sélectionné. Pour être admis à la WCT, il faut avoir été bien placé lors des 20 derniers World Qualifying Series annuels. Donc en ce moment, je cherche à obtenir les meilleurs résultats possibles à chacune de ces compétitions. J’adorerais faire partie des 50 meilleurs surfeurs.

Vous êtes sponsorisé par TENGA depuis 2014. Qu’en ont pensé vos fans ?

Sur ma planche, j’ai collé le sticker TENGA que vous m’aviez donné, du coup, les surfeurs internationaux viennent me poser des questions. Ils me demandent ce que c’est, et tu devrais voir la tête qu’ils font quand je leur dis qui me sponsorise ! C’est sympa, leur réaction est toujours positive. Lors d’un récent voyage en Virginie, j’avais emporté quelques TENGA neufs et je les ai distribués à des surfeurs. À la fin de la journée, ils se les arrachaient ! Les EGG sont parfaits dans ce genre de situation, parce qu’ils sont tout petits et faciles à transporter.

Il paraît que l’annonce de ton parrainage a suscité de vives réactions sur Facebook ?

Carrément ! Fallait voir ça ! Je crois que c’est le message qui a provoqué le plus de commentaires sur ma page. Tout le monde me demandait ce que c’était et mon téléphone n’a pas arrêté de sonner ce jour-là !

03

Tu as un TENGA préféré ?

La gamme TENGA CUP UltraSize (U.S). J’en ai toujours quelques-uns dans la housse de ma planche. J’ai tendance à voyager léger, donc ma housse ne contient que ma planche, ma combinaison et quelques accessoires, mais les TENGA sont toujours là. Et personne ne les remarque.

Quand as-tu découvert les produits TENGA ?

Par un mec qui était dans mon équipe, il y a un moment de ça. On faisait une virée en voiture et j’ai remarqué une montagne de TENGA sur la banquette arrière. Je n’avais jamais entendu parler de la marque auparavant, donc j’ai demandé innocemment ce que c’était. Quand j’y repense, je me dis que c’était un peu bizarre de planquer sa réserve de TENGA dans sa caisse ! À l’époque, j’habitais en colocation avec quelques amis, donc ma première expérience des TENGA s’est faite dans les toilettes ! Nous, les mecs, on a toujours besoin de… de se retrouver un peu seul quoi !

Si tu devais concevoir un TENGA, ça donnerait quoi ?

J’avais pensé à un gadget qui tient dans la poche, vu que je voyage beaucoup. Dans le genre « Toujours prêt, toujours là », tu vois ? Et puis…

Tu as dû voir notre nouvelle gamme, non ?

Ouais ! Les POCKET TENGA* ! C’est exactement à ça que je pensais ! Je vais en emporter un paquet lors de ma prochaine tournée, tu peux me croire mec !
*Lancement de la gamme POCKET TENGA prochainement. Plus d’informations sur notre site !

LINEで送る

Takumi Nakamura
Né le 8 avril 1996 à Nara, au Japon. 175 cm, 65 kg.

Shaper : YU
Surfeur favori : Andy Irons
Palmarès :
2012 ISA World Junior Surfing Championship Under 16 – Second Place
2008 NSA Japan Surfing Championship Kid’s Class – First Place
2007 NSA Japan Surfing Championship Kid’s Class – First Place
2006 NSA Japan Surfing Championship Kid’s Class – First Place

CHAUDS

Revenir aux témoignages