Témoignages #4 Keiji Mutoh(« The Great Muta » — catcheur)

TENGA
VOICE
#4

Keiji Mutoh

「Vous savez quoi ? Je vais peut-être me mettre à distribuer des TENGA aux nouveaux catcheurs !」

Keiji Mutoh
(« The Great Muta » — catcheur)

Pour cette édition, nous recevons Keiji Mutoh de la fédération de catch All Japan Pro Wrestling, plus connu sous le nom de Great Muta du WWE (puis du WWF). (World Wrestling Entertainment et World Wrestling Federation.) Vétéran du catch, Mutoh est énormément admiré par ses fans pour son charisme. Nous avons discuté des tournées, et de l’impact que les voyages en compagnie d’une troupe composée principalement de catcheurs peuvent avoir sur leur relation avec les produits TENGA.

Comment s’est passée cette année pour toi et toute l’équipe du All-Japan Pro Wrestling (AJPW) ? (2010)

Ça a été dur. J’ai dû m’éloigner du ring pendant un moment à la suite d’une opération du genou que j’ai subie au printemps. Je n’irais pas jusqu’à dire que “AJPW = Mutoh”, mais même au sein de la fédération, je suis tellement connu que certaines personnes ne venaient pas assister à nos matches. Donc ça a été dur étant donné que c’est moi qui gère toute l’affaire. Ceci étant dit, ça a donné aux jeunes catcheurs l’envie et la motivation de se donner à fond pour le public. Ça a été une année difficile, certes, mais je pense que ça va nous donner l’opportunité de rayonner davantage l’an prochain et les années à venir.

Y a-t-il des jeunes catcheurs dont tu aimerais parler ?

Il y a bien évidemment Suwama, le champion du Triple Crown de l’AJPW. On peut aussi mentionner Ryoata Hama qui s’est pas mal débrouillé cette année, malgré un léger manque d’expérience. En ce qui concerne les matches en tag team, Manabu Soya et Seiya Sanada forment une belle équipe. Et KAI et Hiroshi Yamato ont commencé à se distinguer dans la catégorie poids léger. Lors des Pro Wrestling Awards de cette année décernés par le magazine Tokyo Sports, Suwama a été récompensé pour sa « Performance Excellente », et Kaz Hayashi s’est vu offrir le prix de la meilleure technique. De ce fait, je pense qu’on est très bien reconnus dans le monde du catch professionnel.

J’ai entendu dire qu’il y avait pas mal d’amateurs des produits TENGA parmi les jeunes catcheurs. Tu confirmes ?

Ils le sont tous, non ? Puisqu’on peut trouver les produits TENGA à peu près n’importe où, je doute que ces types hésitent à s’en procurer. Il y a même une rumeur qui raconte qu’un mec s’en achète par paquets de dix pour se constituer une petite réserve. Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous faites pour nous. Les dojos, en gros, c’est une vingtaine de mecs qui partagent un toit, et l’accès est interdit aux nanas. Quand je m’entraînais au dojo de Setagaya, il y avait plein de fans super mignonnes qui se promenaient autour, mais depuis qu’on a déménagé dans le centre d’un quartier résidentiel, on se sent plus ou moins isolés la nuit. Par contre, les tournées, ça change la donne. À l’époque, on logeait dans des petits hôtels japonais et on devait partager les chambres. Mais maintenant, on nous met dans des hôtels pour hommes d’affaires, avec chambres privées. Du coup, les mecs peuvent se goinfrer de porno. Tu sais quoi ? Je crois que je vais me mettre à distribuer des TENGA aux nouveaux catcheurs qui n’ont pas beaucoup d’argent ou de succès avec les femmes. Ce que je sais, c’est que certains mecs apportent leur TENGA en tournée. J’ai même entendu un mec parler de son TENGA comme de son amante ! Ça le faisait marrer de raconter qu’il trouvait sa texture « absolument irrésistible ». Les catcheurs s’entraînent en continu et ont une sacrée endurance, alors j’imagine qu’ils ont de l’énergie à revendre ! TENGA, c’est l’accessoire idéal pour eux !

Qu’est-ce que tu attendrais d’une collaboration entre TENGA et l’AJPW ?

J’aimerais bien voir un ring construit dans le même matériau glissant que celui utilisé pour les TENGA. Enfin, ça, ce serait cool pour les matches avec les filles ! *Rires* En fait, j’ai entendu dire que TENGA avait lancé une campagne d’appel aux dons dans le cadre de la journée contre le SIDA. Ça, c’est un truc auquel j’aimerais participer. On pourrait aussi mettre des TENGA CUP à chaque coin du ring. Et faire entrer une mascotte TENGA ! Ce qui serait vraiment génial, ce serait qu’elle affronte un personnage diabolique. Je vois bien un personnage genre SIDAman lors d’un combat de bienfaisance pour lutter contre le VIH.

D’ailleurs, lors d’une émission de télé, Kendo Kobayashi (un humoriste connu pour sa passion pour le catch et TENGA) a présenté son idée de superhéros, « God Hole », basé sur « Kinnikuman », un personnage d’un vieux dessin animé japonais. L’artiste original a refusé l’idée, mais on a eu l’autorisation de créer une figurine et d’en faire cadeau à Kendo. Si t’avais vu la qualité de la figurine ! C’est dommage qu’on n’ait pas pu concrétiser l’idée.

Alors c’est parti ! On va s’y mettre, tout de suite ! Le match de bienfaisance God Hole contre SIDAman ! On pourrait bosser ensemble pour sensibiliser les populations d’Asie. En plus, j’aimerais bien faire découvrir l’univers incroyable du catch professionnel à davantage de gens dans le monde. Ça vaut pour le Japon, bien entendu, mais il y a aussi énormément de pays d’Asie qui n’ont toujours pas de ligue de catch professionnel. Cette année, je suis allé à Taïwan, et je compte visiter Shanghai et Macao l’an prochain. Il y a encore tellement d’opportunités dans ce domaine en Asie. En revanche, TENGA a déjà une solide réputation en Asie, donc ça me plairait bien de collaborer avec la marque dans cette région. Tu vas voir, on va faire le buzz ensemble !

LINEで送る

CHAUDS

Revenir aux témoignages